Amour est une science très dure (L')

David Monnier

Collection : Hors collection 

Nombre d’affirmations scientifiques défient l’entendement, heurtent le bon sens, contredisent l’expérience vécue. L’ouvrage propose une critique de l'approche neurologique, biologique, physiologique et éthologique. La théorie de l’évolution peine à rendre compte de l’accession à la culture et de la spécificité de l’humain. Ce que la science prétend évacuer, c’est la subjectivité. Ce que la raison ignore des sentiments, c’est qu’ils sont affaire de langage.

0 review
20,00 €
TTC

300 page(s) / 14x21 cm / Broché

ISBN : 978-2-84398-610-9

Disponible
Date de parution : 19.02.2020


Paiement Visa PayPal Master Card
 

Paiements sécurisés

Pourquoi dit-on que l’amour dure trois ans ? Finalement, l’amour est-il une drogue ou un médicament ? Y a-t-il vraiment un gène de l’infidélité ? En quoi le bonheur serait contagieux ? Les hormones sont-elles fiables ? Nombre d’affirmations scientifiques défient l’entendement, heurtent le bon sens, contredisent l’expérience vécue. Abondamment relayées par les médias, riches d’enseignement sur les aspirations du monde actuel, elles semblent soumises à caution quasi-religieuse. L’ouvrage propose une critique de l'approche neurologique, biolo-gique, physiologique et éthologique. La théorie de l’évolution peine à rendre compte de l’accession à la culture et de la spécificité de l’humain. David Monnier tente de repérer quelques tenants et aboutissants de ce modèle des relations entre femmes et hommes. Ce que la science prétend évacuer, c’est la subjectivité. Ce que la raison ignore des sentiments, c’est qu’ils sont affaire de langage. 

Sommaire

Préface
    Introduction
  


Les principales croyances   


Je ne peux pas le sentir   


Qui se ressemble s’assemble   


Le gène de l’infidélité   


Les hormones nous trompent   


Une illusion nécessaire ?   


L’amour provoque des émotions  


Le bonheur est contagieux  


L’amour maladif  


Love is a drug (un médicament)  


L’amour dure trois ans. Ou pas  


Les préjugés scientifiques  


La science n’est pas exacte  


La science à l’épreuve de l’amour


Rejet de la subjectivité  


La science objective  


La science est désorientée  


Elle appelle à un maître  


Et elle aspire à le remplacer  


Le postulat de la survie agonise  


Rejet du langage  


Humain, trop humain  


La foi en la science de l’amour  


Une démarche qui tend vers l’irrationnel  


Pour l’instant, cela ne sert à rien  


Un enseignement sur l’idéal amoureux  


Un amour de l’être qui dépasse la logique de l’avoir  


Le rêve d’un amour qui se passe du langage  


Le commandement d’amour  


C’est plus fort que nous


On n’est plus soi-même dans l’amour  


La permanence de l’amour


La conciliation de l’amour et de la raison  


Conclusion
    Références bibliographiques

Bio auteur


David Monnier est docteur en psychologie. De lui ont été publiés quelques livres et articles. Il est membre associé auprès du laboratoire multi-sites « Recherches en psychopathologie, nouveaux symptômes et lien social » en attente d’un poste.



Laurent Ottavi est professeur de psychopathologie clinique à l’Université Rennes 2, psychanalyste et membre de l’École de la cause freudienne.


 

Aucun commentaire pour le moment

Vous aimerez aussi