De la mer au meritoire

Faut-il aménager les océans ?

Jean Ollivro

Collection :

Nos sociétés expriment un besoin de mer et se tournent vers l’océan. L’ouvrage dresse un bilan de ces avancées fascinantes (énergies offshore, algocultures, data centers refroidis à l’eau de mer, hôtels sous-marins, villes flottantes, tunnels sous la mer…) et souvent effectuées sans prise en compte de l’originalité maritime.
L’humanité est happée par une course au large. Que faut-il en penser ? Est-ce une solution ?

0 review
19,00 €
TTC

180 page(s) / 15,5x23 cm / Broché

ISBN : 978-2-84398-483-9

Disponible
Date de parution : 05.06.2016


Paiement Visa PayPal Master Card
 

Paiements sécurisés

Nos sociétés expriment un besoin de mer et se tournent vers l’océan. L’ouvrage dresse un bilan de ces avancées fascinantes (énergies offshore, algocultures, data centers refroidis à l’eau de mer, hôtels sous-marins, villes flottantes, tunnels sous la mer…) et souvent effectuées sans prise en compte de l’originalité maritime.
On évoque aujourd’hui les territoires maritimes. On commence à parler d’aménagement du « merritoire », avec deux « r » comme dans « territoire ».
Or, l’océan est inattendu, définitivement différent. La mer remonte les pentes et remet en cause avec ses marées la loi universelle de la gravité terrestre. Elle n’a pas de frontières et peut unir les peuples. Elle propose des ressources et énergies permanentes et gratuites qui invitent à un projet alternatif.
Nos sociétés appellent encore de manière curieuse « la Terre » un espace couvert à 71 % par les mers et les océans. Et si cette incapacité à nommer le support de notre vie était… le problème ?
Issue de l’océan, notre espèce y retourne. Comme par instinct, elle devine que la mer lui désigne des solutions novatrices et peut-être même l’objectif.
L’humanité est happée par une course au large. Que faut-il en penser ? Est-ce une solution ?

Sommaire

Avant-propos


I – Le meritoire : un temps en apparence maussade 


I. 1. L’individu ou la mer à voir
I. 2. Le sillon tumultueux de la gouvernance maritime
I. 3. Les tâtonnements de l’économie océane 


La cueillette océane 


« L’exploitation » océane et la conquête des terres marines 


I. 4. « Un littoral d’empoigne ? »
I. 5. L’environnement et la mer
I. 6. Des projets de « meritoires » bien embryonnaires
I. 7. Un bilan dans l’ensemble défavorable 


II – L’animation du meritoire 


II. 1. Territorialiser la mer : les choix opportuns 


Un sous-sol océanique de plus en plus attractif
Des tunnels sous la Manche
Des carrières sous la mer
La civilisation des châteaux de sable
« Le double domaine de la terre et des eaux » (V. Hugo)
Un plancher pour la vie
Des pierres précieuses, des lacis numériques
Une table à souiller ou un sol à vivifier ?
Vers une valorisation des planchers marins
Le volume océanique
Au-delà de la pêche
À la conquête de la planète liquide
Les nouveaux usages des miroirs aquatiques
Des surfaces de plus en plus convoitées
Le nouvel univers du flottant
Vivre sur l’eau ?
L’océan du dessus et les usages renforcés de l’air marin
De l’air utile à l’air ludique
Contourner l’océan pour mieux le franchir
Par-dessus les nuages 


II. 2. De l’influence maritime au meritoire de la terre 


La maritimisation : des influences colossales à différentes échelles
Le meritoire de la terre. Les actions très changeantes de nos sociétés
La période de l’interaction 
La période de la dualité 
Les nouvelles fertilisations .


Conclusion : la mer promise 


Bibliographie 

Bio auteur

Jean Ollivro est professeur de géographie à l’université européenne de Bretagne (Rennes-2). Il est l’auteur de multiples ouvrages et écrits qui s’intéressent à la vitesse, aux dynamiques économiques et régionales, à l’aménagement prospectif des territoires.


Pour en savoir plus sur l'auteur, cliquez ici.

Revue de presse

À lire la chronique d'Alice Vettoretti dans ArMen (janvier-février 2017)


Lire le point de vue de Jean Ollivro dans Ouest France (9-10 juillet 2016)


 

Aucun commentaire pour le moment

Vous aimerez aussi