recherche avancée

Cosmopolitiques n° 17 - L'eau : un bien commun à composer

Collectif, Christelle Gramaglia (dir.)

La fluidité de l'eau, sa transparence et sa faible saveur immédiate nous ont longtemps laissé croire qu'elle était une ressource parmi d'autres. Il a fallu attendre que ses qualités soient altérées pour qu'on mesure son importance.

18,00 €
2008
192 pages / 16x24 / Broché
ISBN : 978-2-84398-305-4
Disponible
Éditions Apogée


En savoir plus sur le ou les auteur(s) :
Dans la même collection : Cosmopolitiques -

Cosmopolitiques n° 17 - L'eau : un bien commun à composer

Plus de vues

  • Enlarge

Cliquer sur le picto pour voir l'image en entier 

Tous les articles présentés ici montrent bien comment les connaissances construites selon les procédures les plus rigoureuses, celles de la science, gagnent en prise sur le monde dès lors qu'elles sont constituées par les collectifs qui sont déjà partie prenante du problème. C'est de l'expérience  d'un collectif hétérogène que peuvent naître les reformulations des problèmes. Après avoir fait la place qui convient à l'article magistral de D Schneider sur Forbes, ce fondateur de l'écologie (« le lac comme microcosme"), l'ouvrage parcourt une partie du champ de l'eau politique, depuis les plus militantes (l'entretien de Delcasso qui revient sur sa trajectoire) jusqu'aux plus gestionnaires et techniques (Lupton et Bauby, Riaux et Richard), des États-Unis au Chili (Pflieger) en passant par la Suisse (November, Penelas & Viot), l'Allemagne (Kropp) et diverses régions françaises (Allouche et Gaudin). Les techniques, les procédures citoyennes, les traditions, les affects aussi bien que les modèles financiers constituent les ingrédients de cette eau recomposée.

Utilisez un espace pour separer les mots clés. Utilisez l'apostrophe (') pour rédiger une phrase.

Rédigez votre propre commentaire

Vous commentez : Cosmopolitiques n° 17 - L'eau : un bien commun à composer

Collectif sous la coordination de Christelle Gramaglia.


Nous pratiquons désormais des « cosmopolitiques" parce que les liens qui nous attachent à nos mondes ne sont pas à trancher mais à rediscuter, parce que la complexité est la base même de toute l'écologie, parce que l'incertitude de notre temps rend caduques ou ridicules les prétentions dogmatiques ou technocratiques. Ces « Cahiers théoriques pour l'écologie politique" se veulent une contribution régulière pour penser l'activité politique des acteurs qui font tenir ces collectifs pour incertains, qui cherchent à recomposer des espaces de pouvoir ouverts.


Avec les contributions de Christelle Gramaglia, Daniel W. Schneider, Aurélien Allouche, Gaudérique Delcasso, Cordula Kropp, Valérie November, Marion Penelas, Pascal Viot, Jeanne Riaux, Alexandre Gaudin, Audrey Richard-Ferroudji, Géraldine Pflieger, Sylvie Lupton et Pierre Bauby.