recherche avancée

Maurice Le Scouëzec (1881-1940) ou la dernière rébellion

Denise Delouche (avec les témoignages d'Erwann Rougé et Françoise Deniaux)

Connu, oublié, ressuscité… une trajectoire à la fois banale et originale que celle de Maurice Le Scouëzec. Pour la première fois, une historienne de l'art se penche sur cette personnalité hors du commun et tente de replacer l'œuvre de ce peintre, "un vrai, sans chiqué, sans écoles", dans les grands courants de son époque.
20,00 €
2010
64 pages / 25x21 / Illustrations couleur / Broché
ISBN : 978-2-84398-383-2
Disponible
Éditions Apogée


En savoir plus sur le ou les auteur(s) : Denise Delouche -
Dans la même collection :

Livre-peintre-maurice-le-scouezec-denise-delouche-le-saux

Plus de vues

  • Livre-peintre-maurice-le-scouezec-denise-delouche-le-sauxEnlarge
  • Maurice Le Scouezec dans les années 20Enlarge
  • Erwann Rougé contemplant l'un des autoportraits emblématiques du peintre, peint en 1922Enlarge

Cliquer sur le picto pour voir l'image en entier 

Connu, oublié, ressuscité… une trajectoire à la fois banale et originale que celle de Maurice Le Scouëzec. Banale, car c'est le lot de la plupart des artistes de traverser après leur mort ce qu'il est convenu d'appeler un purgatoire, avant que l'histoire, si elle le fait, leur accorde un certain intérêt.


Originale parce que son œuvre a littéralement été enfouie pendant cinquante ans. Connu et même célèbre, il l'a été dans les années vingt. Actif à Montparnasse, il a exposé dans cafés, galeries et salons officiels des peintures inspirées de Paris et de l'Afrique. Il a été largement reconnu par la critique comme « un peintre, un vrai, sans chiqué, sans écoles ». Oublié ensuite parce qu'il n'expose plus à Paris, parce qu'il s'en va peindre à fresque dans un village normand, parce qu'il se retire en Bretagne où il meurt discrètement. Oublié surtout parce que rien n'a été fait pour entretenir la mémoire pendant des décennies. Ressuscité à la fin des années quatre-vingt quand son fils entreprend de le faire connaître, restaurant les peintures, publiant ses écrits, écrivant lui-même sur son père. Les amateurs s'enthousiasment, les marchands s'en saisissent et la commercialisation jette alors un voile de suspicion sur l'œuvre ainsi réapparue dans sa diversité.


Pour la première fois, une historienne de l'art se penche sur cette personnalité hors du commun et tente de replacer l'œuvre dans les grands courants de son époque.












Découvrez Les toiles de Maurice le Scouëzec exposées à La Cohue sur Culturebox !









Utilisez un espace pour separer les mots clés. Utilisez l'apostrophe (') pour rédiger une phrase.

Rédigez votre propre commentaire

Vous commentez : Maurice Le Scouëzec (1881-1940) ou la dernière rébellion

Avertissement

Connu, oublié, ressuscité
« Ce besoin de révolte qui vous dévore »
Une carrière prometteuse délibérément interrompue
« Retrouver la vraie terre, la ruche primitive, le fond humain qui est en soi » (1924)
Les renouvellements loin de Paris
Où le situer ?

Compléments
L’atelier, un témoignage. Erwann Rougé
La belle rencontre. Françoise Deniaux (restauratrice)

Annexes
Maurice Le Scouëzec aux Salons parisiens
Bibliographie
Index des noms de personnes

Denise Delouche est historienne d'art, professeur émérite à l'université Rennes-2 Haute-Bretagne, où elle a dirigé le Centre de recherche sur les arts de l'ouest et sa publication annuelle Arts de l'Ouest. Elle est spécialiste de l'histoire des peintres de la Bretagne au XIXe et XXe siècle.

Du même auteur

Gauguin et la Bretagne

Gauguin et la Bretagne

Denise Delouche
25,00 €
   

Nous vous conseillons également