recherche avancée

Rêve de verticalité (Un)

Journal de Rentilly - Autour de Gaston Bachelard

Françoise Ascal

« Que Bachelard m'emporte sans nostalgie vers l'ailleurs, vers le vif-argent du vivant, cet imprévisible que j'espère. […] Son nom fait lever une constellation d'images dont certaines se sont enfouies dans ma chair, comme des graines. Il me faut aujourd'hui visiter ce jardin. Accueillir les herbes folles, honorer les persistantes, les toujours-vivaces-en-dépit-de qui m'ont aidée à grandir. Gaston Bachelard. Air terre eau feu. Autant dire le monde, sa pulpe, son ciel et ses étoiles. Autant dire la substance humaine. » (extrait)

17,00 €
2011
160 pages / 14x21,5 / Broché
ISBN : 978-2-84398-393-1
Disponible le 31/08/2011
Éditions Apogée


En savoir plus sur le ou les auteur(s) : Françoise Ascal -
Dans la même collection : Piqué d'étoiles -

couverture-reve-verticalite-francoise-ascal

Plus de vues

  • couverture-reve-verticalite-francoise-ascalEnlarge
  • photo1-extrait-reve-verticalite-francoise-ascalEnlarge
  • photo2-extrait-reve-verticalite-francoise-ascalEnlarge
  • photo3-extrait-reve-verticalite-francoise-ascalEnlarge
  • photo4-extrait-reve-verticalite-francoise-ascalEnlarge

Cliquer sur le picto pour voir l'image en entier 

On en parle sur le blog

L’idée de «  terre-mère  » rassurante, enveloppante, qui accompagnait nos ancêtres a sombré, en même temps que les grands effondrements du XXe siècle. En deux ou trois générations, la relation s’est inversée : il appartient désormais aux habitants de la terre de soigner leur planète. Souci écologique, obsession du «  naturel  » répondent-ils à des besoins nouveaux d’hommes «  séparés  »  ? D’humains manquant d’humus ? À l’ère du virtuel, quelles forêts obscures, quels archaïsmes habitent encore nos pensées les plus rationnelles  ? La figure du philosophe Gaston Bachelard (1884-1962), qui toute sa vie cultiva une «  conscience de racine  » et une éthique du «  redressement  », s’est imposée. C’est à travers le prisme de sa poétique que l’auteur a exploré notre relation aux éléments et, par-delà, au cosmos. En écho à ce travail, neuf regards très personnels viennent se poser sur Bachelard (Marie Alloy, Laurent Contamin, Antoine Emaz, Alain Freixe, Abdellatif Laâbi, Werner Lambersy, Béatrice Libert, Jean-Luc Pouliquen, Florence Trocmé).


Ce livre a été écrit pendant une résidence au parc culturel de Rentilly.












Françoise Ascal évoque son travail au cours de sa résidence au parc culturel de Rentilly


Françoise Ascal from remue.net on Vimeo.

Date d'office 31 août 2011

Utilisez un espace pour separer les mots clés. Utilisez l'apostrophe (') pour rédiger une phrase.

Rédigez votre propre commentaire

Vous commentez : Rêve de verticalité (Un)

Françoise Ascal vit et travaille en Seine-et-Marne. De père franc-comtois, elle estime que son imaginaire a été entièrement façonné par le plateau des Milles-Étangs,où elle a passé tous ses étés jusqu'à l'âge adulte. Elle a commencé à écrire et à publier dans les années 1980, tout en animant un atelier d'expression plastique dans un centre médical pour adolescents. Ses livres, quelle que soit leur forme (récits, poèmes, notes de journal), tentent de poser quelques mots sur l'étonnement d'être vivant — cette énigme à déchiffrer, entre douleur et splendeur.

« Ce livre explore une forme d’écriture hybride ; il tient de l’essai, de la méditation, de la poésie et du journal, selon les pages, les moments d’une résidence d’auteur […] L’enjeu est là, sans doute : dans une époque chaotique où la fuite en avant semble être devenue le seul mode de vie possible, il s’agit de retrouver la poésie, la rêverie, le temps long de la contemplation d’un arbre ou de la flamme d’une chandelle. »
Lire l'intégralité de l'article d'Antoine Emaz, sur Poezibao


« L’inquiétude, persistante, de Françoise Ascal a son motif. Garder pied sur la terre qu’elle soit ferme ou meuble, tenir l’assise à la table de travail, tenir les mots en respect, tenir bon. »
Lire l'intégralite de l'article de Guénaël Boutouillet, sur Remue.net


« Le titre m’a séduite comme un pied de nez à notre époque où tout est enjeu de victimisation, où les catastrophes se succèdent et anéantissent des hommes devenus impuissants. »
Lire l'intégralité de l'article de Marcelline Roux sur Culture Chronique


« […] Françoise Ascal est poète, elle a une poétique propre à elle qui, au-delà des liens et des références, participe à la construction du monde dans une perspective d'avenir, dans le temps d'une humanité consciente d'elle-même. »
Lire l'intégralité de l'article sur le blog "La Pierre et le sel"


« On passe de narrations en poèmes, d'éléments biographiques sur Bachelard en autobiographiques, de commentaires en aphorismes, avec une jubilation continue. »
Lire l'intégralité de l'article de Jacmo dans la revue Décharge, n°152 (décembre 2011)


Lire l'article sur le blog de Jean-Luc Pouliquen


Lire la note de lecture de Thierry Beinstingel sur Feuilles de route


"Avec Un rêve de verticalité, c'est à une retraite méditative, aux accents poétiques, en rien ennuyeuse, que nous convie Françoise Ascal, et à cette occasion de redécouvrir Bachelard à travers ses pensées…"
Lire l'intégralité de la note sur Le Café littéraire luxovien


" […] Un livre de questions et d'images sensibles. Avec au cœur l'idée de partage. Simplement remarquable."
Lire la note de Katrine Dupérou dans Cahier critique de poésie

Du même auteur

Cendres vives suivi de Le Carré du ciel

Cendres vives suivi de Le Carré du ciel

Françoise Ascal
17,00 €
Table de veille (La)

Table de veille (La)

Françoise Ascal
14,00 €
Issues

Issues

Françoise Ascal
13,00 €
Automne sur la colline (Un)

Automne sur la colline (Un)

Françoise Ascal
14,00 €
Rouge Rothko

Rouge Rothko

Françoise Ascal
12,00 €