recherche avancée

"Livre à l'adresse de l'amour"

Posté le 22 Mars 2012 par Éditions Apogée Aucun commentaire actuellement

L'Immémorieuse, d'Albert Bensoussan
par Guénane, auteure de Le Mot de la fin et La Guerre secrète.

Mémorable Immémorieuse… Voici un « état des lieux » qui secoue. Vous entrez dans des vies, des villes et vite vous sentez s'immiscer dans les pages votre propre vie, vos villes intimes.
L'Immémorieuse
secoue votre mémoire, tout n'est que songes, avec celui qui raconte vous jouez de l'or des mots et vous vous surprenez à murmurer Monteverdi, Si dolce è il tormento
per gelo
riposo non ho,
nel porto del cielo
riposo havero

Dans Venise, jamais les amours mortes n'entrent, un sourire s'ouvre sur une voix d'alto et tout lieu est lit clos.
Comment se séparer de cette voix qui vous retint au bord des naufrages, vous sauva des chacals, de celle qui fut votre cellule de griseries? Frénésie à éloigner les livres, les photos, de tout ce qui se vide de sens, rage d'oublier. Le sage ne craint le vide, ne craint d'interroger la poussière. Adama, la terre; adamas, le diamant; le diamant n'est que carbone. Nous finirons au ras des mottes, même si, debout, la vie durant, nous défions le ciel, nous finirons nus, grains de sable, de rien, il suffit d'avoir vu ce qui demeure de nous dans une urne.
Marlé susurre encore quelques mots de La Casada infiel, La Femme infidèle, et vous vous souvenez de votre jeunesse rennaise séduite par celui qui vous murmura García Lorca et, sans trembler, vous souriez à l'Immémorieuse qui vous parle aussi de vous.
Indigène de France, fils de poilu juif, fils de héros décoré et de Aïcha, mère médaillée de la famille française, Albert raconte encore à Marlé la Catalane exilée, son enfance, Alger sous les bombes, la peur du jeune homme guetteur de l'ombre, l'amoureux en uniforme pleurant en écoutant la voix de Marlé ¡quererte como te quiero ! se sépare-t-on jamais de celle que l'on aime de cet amour-là?
Marlé sans voix, Marlé s'en va, un homme tient la main de Marlé, tient sa vie dans cette main et l'arbre de leur vie a les feuilles aussi serrées que l'araucaria sauvage, arbre candélabre à la longévité légendaire. Déjà! dit l'Amour, déçu mais pas vaincu.
Recueillement. Les heures où l'inconsolé de cet amour-là sera rempli de larmes, qu'il serre ce petit livre rouge entre ses mains jointes et, derrière ses yeux clos, attende l'apparition de Marlé, elle ne saurait faillir.
De la source au néant, livre à l'adresse de l'amour, L'Immémorieuse fixe à merveille mots que jamais vents n'emporteront.

Guénane


Cet article a été posté dans Notes de lecture

Commentaires