recherche avancée

Le "polarème" d'Alain Jégou

Posté le 15 Février 2012 par Éditions Apogée Aucun commentaire actuellement

Ne laisse pas la mer t'avaler, d'Alain Jégou
par Erwann Rougé, auteur de Bruissements d'oubli et Le Pli de l'air

Entre polar et poème, il est sans doute question de « peau », de chair et d’os avec des mots, des êtres qui ont décidé de prendre la vie à pleine vague. Au fil des pages, le lecteur se retrouve dans l’effrangé des altitudesla mer est un monde ouvert à toutes jalousies, désirs, colères, solidarités nous dit Alain Jégou, ancien patron pécheur. C’est la langue de la gueuse, de la rince où l’auteur allie la complexité et la dureté de la vie — décrits avec justesse — des marins pêcheurs à la simplicité d’une intrigue policière.

Son polar nous conduit en pleine mer où Yann apprenti marin-poète-pêcheur est confronté à la merveille et terreur de naviguer à bord d’un caseyeur. Entre ciel et vague il soigne son âme tourmentée avec embruns vagues et folie de son nouveau boulot sur l’eau et se re-met, petit à petit, le cœur à l’endroit.

Sur terre, les hommes sont à l’envers, la victime La glue, étudiant dragueur maladroit, comme son nom le dit, prend en pleine tronche la colère de Claire, compagne de Yann. Et quand on retrouve l’étudiant assassiné, tout se déchaîne, s’enchaîne dans les courants violents de la vie des hommes, des femmes tels des chevaux qui ont pris le mors aux dents. Le frère de Claire, un flic sournois et haineux ne se prive pas de piéger Yann qui tente d’échapper à sa perversité…

L’auteur sait tout autant nous faire partager la vie quotidienne d’un équipage que de nous plonger délicatement au cœur de la complexité des êtres et de leur destin plus vaste qu’eux-mêmes. Roman de perte et de désir, d’infini horizon et de coup de tabac. Cela nous donne un polar avec une écriture de poète, un «polarème»  forcément à lire.

Erwann Rougé

Le bateau sur lequel Yann Le Flanchec embarque?… En tout cas, celui qui fut le lieu de travail d'Alain Jégou pendant de nombreuses années (DR Robert Le Gall).

 


Cet article a été posté dans Notes de lecture

Commentaires