recherche avancée

Gao Xingjian

Gao Xingjian

Gao Xingjian reçoit une formation de base dans les écoles de la République populaire et obtient un diplôme de français en 1962, à l'Institut des langues étrangères de Pékin. Il traduit en mandarin des auteurs tels que Ionesco, Prévert et Michaux qui font découvrir les thèmes et l'esthétique de la littérature occidentale contemporaine à ses compatriotes.

Lors de la Révolution culturelle, il est envoyé durant six ans en camp de rééducation à la campagne et se voit forcé de brûler une valise dans laquelle il avait dissimulé plusieurs manuscrits. Il n'est autorisé à partir à l'étranger qu'après la mort de Mao, en 1979. Il se rend alors en France et en Italie. Entre 1980 et 1987, il publie des nouvelles, des essais et des pièces de théâtre mais son avant-gardisme et sa liberté de pensée lui attirent les foudres du Parti communiste chinois.

En 1987, il est contraint à l'exil et est depuis déclaré persona non grata sur le territoire chinois. Il vit en France depuis 1988, où il a obtenu l'asile politique. En 1989, il quitte définitivement le Parti communiste chinois après la répression du mouvement étudiant par les chars sur la Place Tian'anmen. En 1997 il obtient la nationalité française. Il est fait chevalier des Arts et des Lettres en 1992.

La Montagne de l'âme est paru en 1990. L'auteur a reçu le prix Nobel de littérature en 2000 pour l'ensemble de son œuvre.

Il continue depuis lors à écrire et à mettre en scène ses pièces de théatre, crée à Taiwan un nouvel opéra ("La Neige en août") qui sera aussi joué à Marseille, réalise deux films (La silhouette sinon l'ombre, 2003, Après le déluge, 2008) et poursuit inlassablement un travail pictural sur l'ombre et la lumière. La création est pour lui un chemin vers soi-même, une façon de prendre conscience de sa propre existence dans le monde.

[source Wikipédia]

1 article(s)

par page

Grille  Liste 

Par ordre croissant

1 article(s)

par page

Grille  Liste 

Par ordre croissant