recherche avancée

Au bout du bar

Collectif

Les auteurs réunis dans Au bout du bar se placent dans la lignée de tant d'adeptes des bords du zinc : ils poursuivrent de lentes conversations avec leurs prédécesseurs en nous offrant, avec cet ensemble de textes inédits, un tonique recueil d'escapades en bonne compagnie.

15,00 €
2007
112 pages / 14x21,5 / Broché
ISBN : 978-2-84398-278-1
Disponible
Éditions Apogée


En savoir plus sur le ou les auteur(s) : Michel Dugué -
Dans la même collection : Piqué d'étoiles -

Au bout du bar

Plus de vues

  • Enlarge

Cliquer sur le picto pour voir l'image en entier 

De tout temps, les écrivains se sont intéressés à l'univers particulier des cafés. Certains les ont même choisis comme lieux de résidence ou de travail. Ils s'y installent, la table devient leur bureau et ils écrivent là, dans la proximité des habitués. D'autres y passent en se contentant de glaner au hasard quelques scènes, décors et intrigues. D'autres encore s'y attardent et aiment y retrouver des proches. Tous apprécient ce lieu social et ouvert où sont nés tant de brèves et de récits. Les auteurs réunis ici ne dérogent pas à la règle.










Utilisez un espace pour separer les mots clés. Utilisez l'apostrophe (') pour rédiger une phrase.

Rédigez votre propre commentaire

Vous commentez : Au bout du bar

Les après-midi campagnards, Claude Andrzejewski
Loquace, Yves Bergeret
As time goes by, Lionel Bourg
Les fantômes, Michel Dugué
Clouange, ce 8 septembre, Gilles Ortlieb
Aux quatre chemins, Robert Piccamiglio
La bonne aventure, Jean-Claude Pirotte
Question suspendue, Lambert Schlechter

Claude Andrzejewski, né en 1967, vit dans le Sud-Ouest. D’abord vendeur de fruits et légumes, il est actuellement comédien et parcourt la France pour interpréter ses textes ou ceux des autres. Il fut ainsi, il y a peu, crieur à Saint-Herblain. Il a notamment publié Une petite tristesse et Du vin, du vent aux Éditions La Dragonne.


Yves Bergeret, né à Grenoble en 1948, partage son temps entre Paris, la Drôme et le Mali où il se rend régulièrement pour travailler à des installations dans les montagnes désertiques en compagnie de poètes et de peintres cultivateurs. Parmi ses livres : Poèmes de Prague (Le Temps qu’il fait), Le Voyage en Islande (Alidades), Si la montagne parle (Voix d’encre). Loquace a fait l’objet d’une première publication aux Éditions Wigwam.


Lionel Bourg est né le 27 juin 1949 dans la Loire. Il réside à Saint-Étienne. Il est l’auteur de nombreux ouvrages à travers lesquels il ne cesse d’approfondir sa quête autobiographique. Quelques-unes de ses dernières publications : Quelques ombres portées (L’Escampette), Les Montagnes du soir (Cadex), Montagne noire (Le Temps qu’il fait) et L’Engendrement (Quidam).


Michel Dugué, né à Vannes en 1946, est un auteur discret. Poète, il est essentiellement publié chez Folle Avoine où l’on retrouve, entre autres, Une escorte très nue et Les Alentours. Il est également l’auteur d’un roman très remarqué : Un hiver de Bretagne (Ubacs) et de deux récits : Le Chemin aveugle (Apogée, 2002), Vannes, pour mémoire (Apogée, 2004).


Gilles Ortlieb est né au Maroc en 1953. Il habite au Luxembourg. Auteur de poèmes, de récits, de carnets, il a récemment publié Au grand miroir (Gallimard), très belle évocation de Baudelaire séjournant en Belgique et Des orphelins (coll. « L’un et l’autre »). Plusieurs de ses livres sont disponibles aux Éditions Le Temps qu’il fait, notamment La Nuit de Moyeuvre et Gibraltar du Nord. Le texte que nous publions ici a vu le jour, une première fois, dans la revue Fario.


Robert Piccamiglio est né en 1949. D’origine italienne, il vit en Haute-Savoie. Auteur de nombreux recueils de poèmes aux Éditions Jacques Brémond, il est également romancier chez Albin Michel (où l’on retrouve ses Chroniques des années d’usine) et au Rocher (où vient de sortir son dernier livre : Des bastringues, des fanfares).


Jean-Claude Pirotte, né à Namur (Belgique) en 1939, a publié romans, récits et carnets chez divers éditeurs. Le meilleur moyen de le retrouver est de se tourner du côté du Temps qu’il fait et de La Table ronde, ses deux principaux éditeurs. L’univers des cafés est très présent dans ses textes. Il a récemment publié Absent de Bagdad (La Table ronde), Expédition nocturne autour de ma cave (Stock) et Hollande (Le Cherche-midi). Le texte présent dans Au bout du bar a été précédemment publié dans le numéro de la revue Brèves qui lui fut consacré.


Lambert Schlechter est né à Luxembourg en 1941. Il vit au Grand-duché, au bord de la Sûre. Poète, nouvelliste, chroniqueur et romancier, il élabore une œuvre singulière. Parmi ses derniers livres : Partance (L’Escampette), Smoky (Le Temps qu’il fait), Le Silence inutile (La Table ronde) et Le Murmure du monde (Le Castor Astral).

Nous vous conseillons également